Josselinaise d'adoption et conseillère en séjour à l'Office de tourisme du Pays de Josselin, j'ai testé pour vous la promenade des lavandières à Josselin.

En cette période automnale ensoleillée, rien de mieux que de profiter des couleurs que nous offre la nature. Alors baskets au pied, je me dirige vers le canal de Nantes à Brest qui sillonne le Pays de Josselin.

Au pied du château, je m'installe face au lavoir, non pas pour laver mes vêtements, mais pour écouter la légendes des « aboyeuses ». J'appuie sur le bouton de la borne audio et entends derrière moi une petite voix. Il s'agit de la voix du conteur qui me racontera cette drôle d'histoire sur les lavandières de Josselin, je ne vous en dis pas plus.

Une fois la petite histoire terminée, je longe à pied le canal en empruntant le halage jusqu'à la prochaine écluse en direction de Rohan. En marchant moins d'un km, j'aperçois la maison éclusière et l'écluse de Beaufort et au même moment, un bateau est en train de passer l'écluse. Les plaisanciers à bord profitent eux aussi du soleil sur le ponton du bateau pendant que l'éclusière s'affaire à ouvrir et fermer les vannes de l'écluse. Ce seront les derniers bateaux de la saison ! Une fois le bateau parti, je vois une maison de l'autre côté de l'écluse, je passe donc de l'autre côté pour voir et me retrouve sur un îlot au milieu du canal. Il s'agit de l'île de Beaufort, le cadre est magnifique et verdoyant. La maison que j'ai aperçue est en réalité un moulin privé, le moulin de Beaufort. On y foulait autrefois une laine brune qu'on utilisait ensuite pour fabriquer des draps très épais et réputé qu’on exportait jusqu’en Angleterre. On appelait ces draps : « josselin bureaux ». Fin de la parenthèse historique et de la promenade des lavandières qui aura peut-être une suite si les portes de l'île de Beaufort s'ouvrent à moi au printemps prochain pour découvrir ce grand jardin accessible à priori par un pont en fer forgé.

C'est certain, vous apprécierez vous aussi cette balade à chaque saison !